Que signifie PRA ?

PRA est l'abréviation anglaise de «progressive retinal atrophie», soit l'atrophie progressive de la rétine. La maladie provoque la destruction des cellules qui captent la lumière (photorécepteurs) à l'arrière de l'œil (la rétine). La destruction des cellules et la perte de vision peut commencer vers sept semaines d'âge et progresse jusqu'à ce que le chat devienne aveugle, ce qui survient généralement avant l'âge de deux ans. 

Comment ça se transmet?

 

Chaque bengal possède deux copies du gène PRA, soit un hérité de la mère et un hérité du père. Le gène causant l'atrophie progressive de la rétine est récessif, c’est à dire qu’un chat doit être porteur de deux gènes anormaux pour être atteint de la maladie.

 

Pour illustré le mode de transmission, nous utiliserons N pour le gène normal (dominant) et pra pour le gène anormal (récessif).

 

N/N : Chat sain qui ne transmettra aucun gène anormal à sa descendance

N/PRA : Chat sain qui ne développera jamais la maladie mais qui peut transmettre le gène anormal à sa descendance

PRA/PRA : Chat qui est atteint ou sera éventuellement atteint de l'atrophie progressive de la rétine et transmettra le gène anormal à toute sa descendance

 

Le tableau 1 démontre le résultat de l’accouplement de deux chats sains ayant deux gènes normaux (N/N)

 

 

 

 

100% des chatons seraient N/N, soit sains et porteur de deux gènes normaux

 

 

 

 

Le tableau 2 démontre le résultat de l’accouplement d’un chat sain ayant deux gènes normaux (N/N) avec un chat en santé porteur d’un gène anormal (N/PRA). 

 

 

50% des chatons seraient N/N, soit sains et porteur de deux gènes normaux

50% des chatons seraient N/PRA, soit sains mais porteurs d’un gène anormal

 

 

 

Le tableau 3 démontre le résultat de l’accouplement de deux chats sains mais porteur d’un gène anormal (N/PRA). 

 

 

25% des chatons seraient N/N, soit sains et porteur de deux gènes normaux

50% des chatons seraient N/PRA, soit sains mais porteurs d’un gène anormal

25% des chatons seraient PRA/PRA, soit atteints de la maladie !

 

 

 

 

Le tableau 4 démontre le résultat de l’accouplement entre un chat en parfaite santé porteur d’un gène anormal (N/PRA) et un chat atteint de la maladie(PRA/PRA). 

 

 

 

50% des chatons seraient N/PRA, soit sains mais porteurs d’un gène anormal

50% des chatons seraient PRA/PRA, soit atteints de la maladie !

 

 

 

 

Le tableau 5 démontre le pire scénario possible, le résultat de l’accouplement entre 2 chats atteint de la maladie (PRA/PRA).

 

 

 

 

100% de la portée serait PRA/PRA, tous les chatons seraient éventuellement aveugles!

Comment dépister la maladie:

Heureusement, un simple test d’ADN nous permet de connaître le statu de nos reproducteurs. Ainsi, nous pouvons facilement éviter les mariages qui produisent des chatons atteints de PRA.

 

Prélever l’ADN est très simple et ne nécessite aucune visite chez le vétérinaire. Pour prélever des cellules contenant l’ADN, il suffit de frotter un coton tige à l’intérieur des joues de nos chats. Les échantillons sont ensuite envoyés dans un laboratoire spécialisé par la poste.  Pour nos reproducteurs, nous avons fait affaire avec le UC Davis School of Veterinary Medicine situé en californie.  Le test est simple et coûte seulement 40$ par chat. Lorsque les deux parents d'un chat ont étés testés N/N pour l'atrophie progressive de la rétine (PRA), ce dernier est assuré d'être N/N par parentage et nous n'avons pas besoin de refaire le test génétique.

 

Chez Maracaja:

Tous nos reproducteurs sont testés N/N à l'exception de Ruby qui est porteuse saine d'une copie du gène(N/PRA). Il n'y a donc aucune chance que nous obtenions des chatons affectés par l'atrophie progressive de la rétine.

 Maracaja Bengal,  a labor of love, since 2008 

Une histoire de cœur, depuis 2008

2019 ©  All rights reserved / Tous droits réservés